lundi 14 janvier 2019

"La ballade de la geôle de Reading" - Oscar Wilde


D'Oscar Wilde, éditions Folio, Poésie, parution en 2014.

Résumé :

" Dans la geôle de Reading, près la ville,
Est une fosse d'infamie
C'est là que gît un homme misérable
Dévoré par des dents de flamme ;
Dans un suaire brûlant, il repose,
Et sa tombe n'a pas de nom. "

Inspiré par deux années passées dans les prisons londoniennes pour "actes indécents", Oscar Wilde raconte dans ces vers bouleversants comme un long cauchemar, la douleur, l'angoisse, la culpabilité.

Mon avis :


    Je connaissais Oscar Wilde l'écrivain, je le découvre poète. Dans un premier temps, ce petit ouvrage présente les poèmes où Oscar Wilde aborde des thèmes variés : l'évocation de grandes villes comme Paris ou Londres, des souvenirs de ses voyages en Italie ou alors un hommage à Keats. Dans un second temps, vient "la Ballade de la geôle de Reading" où l'auteur aborde un événement qui l'a profondément marqué : la mise à mort d'un homme alors qu'il était lui-même emprisonné. Cet événement le marquera jusqu'à la mort.

    Les poèmes sont agréables à lire, ne m'ont pas transcendée comme les "Contemplations" de Victor Hugo, mais avaient un charme, comme une invitation au voyage. Lors de leur première publication, ils avaient été beaucoup décriés, en quête d'originalité, copiant maladroitement le style d'auteurs plus anciens. On trouve des références à la religion, réflexion sur la beauté des grandes villes. Il y a beaucoup de vie dans ce qu'il écrit et de référence à la nature :
"Bientôt, le matin filtrera
De vert vêtu, sur le silence des pelouses
Et lancera à l'amour apeuré
Les traits blancs de l'aurore.". Bords de l'Arno.

    Les émotions, les sentiments étaient accompagnés de ces notions de nature, du temps, de la végétation. Je n'ai pas senti qu'il en faisait "trop", il y a même une part de légèreté . 
"Un svelte et blond garçon, peu fait pour la douleur du monde,
Boucles blondes épaisses tombant sur ses oreilles,
Aux yeux charmeurs voilés de larmes d'enfant,
Telle une eau d'un bleu pur dans un brouillard de pluie". Jours perdus.


En cherchant les poèmes en version originale, j'en ai davantage apprécié le rythme et les rimes qui, ici, manquent avec une version traduite.

La Ballade de la geôle de Reading.
    En lisant ce long poème, j'ai eu l'impression quelques instants de me replonger dans "Le dernier jour d'un condamné" de Victor Hugo qui m'a beaucoup marqué. Wilde a été emprisonné pendant 2 ans pour homosexualité. Cet enfermement lui inspira une phrase qui résonne encore à notre époque : "Tolérance, intolérance… Aimer qui nous aime et qui l'on veut aimer… L'amour est à réinventer…".
    On y sent le poids de l'enfermement, la colère face à ce système carcéral. On sait l'ampleur des ressentiments des prisonniers. On vit avec eux les derniers jours et instants du condamné, de ces moments où il semble abattu jusqu'à ce cri déchirant. 
"Et la douleur qui l'étreignit au point
Qu'il poussa ce cri si amer,
Et les regrets fous, les sueurs de sang,
Qui les connaissait mieux que moi ?
Car celui-là qui vit plus d'une vie
Doit mourir de plus d'une mort."
    Et ce corps à qui on n'offre pas de sépulture digne. Oscar Wilde nous fait ressentir la petitesse de l'Homme, la bêtise d'une telle condamnation malgré le crime. Mais surtout ce sentiment de solitude qui étreint et ne laisse nullement pas indifférent. 
En bref :

Découvrir le poète donne envie d'en découvrir davantage sur l'homme et son œuvre. Les poèmes sont variés dans leur style et leur thème. La Ballade de la geôle de Reading est poignante et sert le cœur, car on y ressent toute la souffrance de l'auteur.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire