lundi 5 février 2018

"L'Iliade T2 : La guerre des dieux" - Luc Ferry, Clotilde Bruneau, Pierre Taranzano, Frédéric Vignaux, Didier Poli, Stambecco



De Luc Ferry, Clotilde Bruneau, Pierre Taranzano, Frédéric Vignaux, Didier Poli, Stambecco, édition Glénat, septembre 2016, BD, Mythologie, Histoire.

Résumé :

Les dieux ont leurs caprices. Les hommes leurs destinées. Pour mettre un terme aux combats qui s'éternisent, grecs et troyens décident d'envoyer chacun leur champion respectif : Ajax et Hector. Mais les deux héros, de force égale, n'arrivent pas à se départager. L'issue de la guerre de Troie semble bien incertaine, surtout qu'Achille refuse toujours d'aller se battre... et que les dieux n'ont pas fini de venir y régler leurs querelles personnelles.

Mon avis :

    Dans le premier tome de l'histoire, La pomme de Discorde, les différents personnages étaient présentés, humains ou Dieux. Dans cette suite, la bataille entre Achéens et Troyens s'éternisent : aucun des deux camps ne parvient à prendre l'avantage sur l'autre. Les Dieux utiliseront des stratagèmes tout à leur perfidie pour prendre l'ascendant. Car dans cette guerre, ce ne sont pas que les humains qui s'opposent, mais également les Dieux. La balance penche tantôt d'un côté, tantôt de l'autre, et s'achève sur un Achille conquérant soutenu par la déesse Athéna.

    J'avais exprimé quelques réserves sur le premier tome : il est toujours difficile de placer les fondations d'une histoire sans faire des choix drastiques. Dans ce second tome de la saga de L'Iliade, j'ai eu plaisir à découvrir une trame plus soignée, une histoire toujours en deux visions : la bataille se jouant entre les humains, et celle qui se joue sur l'Olympe entre les Dieux. Il n'y a pas à dire, le côté enfant capricieux ressort beaucoup dans ce tome, et cela m'a beaucoup plu. Les dieux sont parfois immatures, comptant sur leur puissance et tentant sans cesse de duper ou d'avoir le pouvoir.

    Les dessins sont toujours agréables, j'ai moins ressenti les différences de travail entre des planches très soignées et d'autres achevées à la va-vite par rapport au premier tome. Celui-ci est plus sanglant dans les scènes de bataille. On retrouve à nouveau ce côté lumineux des Dieux et sombre, sanglant des hommes.
    Les dialogues sont moins présents, la place est laissée au visuel des scènes de combat. Bref, un tome réussi qui se pose dans sa narration. Les flashbacks n'étant plus utile pour poser les bases de l'histoire, cela fluidifie également la lecture. 

En bref :


Un second tome plus travaillé et plus agréable à la lecture et toujours le même plaisir de se replonger dans le combat entre ces Dieux.



Aucun commentaire:

Publier un commentaire