vendredi 23 février 2018

"La fille du roi des marais" - Karen Dionne


En partenariat avec NetGalley et les éditions JC Lattès que je remercie.

De Karen Dionne, édition JC Lattès, sortie 07 mars 2018, Thriller psychologique.

Résumé :

Enfin, Helena a la vie qu'elle mérite ! Un mari aimant, deux ravissantes petites filles, un travail qui occupe ses journées. Mais quand un détenu s'évade d'une prison de sa région, elle mesure son erreur : comment a-t-elle pu croire qu'elle pourrait tirer un trait sur son douloureux passé ?

Car Helena a un secret : elle est l'enfant du viol. Sa mère, kidnappée adolescente, a été retenue prisonnière dans une cabane cachée au fond des marais du Michigan, sans électricité, sans chauffage, sans eau courante. Née deux ans plus tard, Helena aimait cette enfance de sauvageonne. Et même si son père était parfois brutal, elle l'aimait aussi jusqu'à ce qu'elle découvre toute sa cruauté.

Vingt ans après, elle a enfoui ses souvenirs si profondément que même son mari ignore la vérité. Mais aujourd'hui son père a tué deux gardiens de prison et s'est volatilisé dans les marais, une zone qu'il connaît mieux que personne. Malgré la chasse à l'homme lancée par les autorités, Helena sait que la police n'a aucune chance de l'arrêter. Parce qu'elle a été son élève, la seule personne capable de retrouver cet expert en survie, que la presse a surnommé Le Roi des Marais, c'est sa fille.

Mon avis :

    Lorsqu'on lit un thriller, les sensations que l'on recherche sont parfois étranges : frisson, effroi, plongé dans les méandres d'une traque ou d'une enquête. Le plus souvent, nous devenons l'inspecteur en charge de l'enquête aidée par une narration à la première personne ou par la vision en "double jeu" : l'histoire du tueur en parallèle à l'enquête de police.
Mais comment se déroule la lecture lorsque c'est une proie qui devient chasseur ?

    Helena vit aujourd'hui avec son mari Stephen et ses deux filles : Sou et Iris. Un jour, elle entend en voiture qu'un prisonnier dangereux venait de tuer les gardes qui l'accompagnaient et s'est enfui. Son sang se glace lorsqu'elle apprend l'identité du fugitif : son père, celui-là même qui s'est rendu coupable du kidnapping de sa mère et de les avoir gardées tant de temps dans les marais. La traque de la police commence. Mais Helena le sait, elle le connaît, elle pense et réagit de la manière dont il l'a façonné : elle est la seule à pouvoir l'arrêter. Débute alors la recherche de ce "roi des marais", alors qu'Helena nous raconte en parallèle ce qu'a été son enfance et sa vie lorsqu'elle s'est échappés des marais avec sa mère.

Quelle lecture !
    L'écriture a été déstabilisante au début : ce que je lisais était froid et distant, et manquant d'empathie. Très vite, je me suis habituée à cette narration à la première personne, à me retrouver dans les pensées d'Helena. L'auteur a réussi à retranscrire la personnalité d'Helena : le vocabulaire est simple, les descriptions directes et l'histoire, malgré sa longueur, va à l'essentiel. Il y a un côté torturé, différent qui est difficile à décrire. On est dans sa tête et c'est surtout cela qui est déstabilisant : nous perdons nos repères car l'histoire est racontée avec les repères d'Helena.  

    Dans cette lecture, nous connaissons les tenant et aboutissant : qui a été kidnappé, quand, comment. Ce qui nous tient en haleine, c'est cette capacité à retenir notre attention sur la traque. Notre curiosité est mise à rude épreuve, car les chapitres s'enchaînent entre les souvenirs du personnage principal et la réalité de la traque. La tension du huis clos est dense et ne m'a pas fait lâcher ma lecture jusque tard dans la nuit. Le suspens est accentué par l'environnement : malgré qu'il s'agisse de grands espaces, de forêt et de vie en pleine nature, on se sent oppressé et l'auteur parvient à intensifier progressivement cette sensation en fonction de l'avancement de la traque.

    La psychologie des personnages est très travaillée. Ma première impression a été de me dire qu'Helena est inconsciente du danger et ne prend des décisions que sur un coup de tête. Mais c'est en découvrant son histoire, sa façon d'apprendre la vie et les choses importante que l'on comprend et adhère (ou non) à ses choix.
    On pense au syndrome de Stockholm, la description de la vie de la famille est complexe : j'y ai ressenti de la tristesse, du dégoût et de la colère. Bien entendu, on se prend à s'imaginer dans cette situation, qu'est ce qu'on aurait fait à leur place face à un bourreau tout pouvoir. Les sentiments d'Helena sont ambivalents envers ce père qu'elle aimait petite et les ressentiments en découvrant la vérité. Malgré tout, la prise de parti est difficile : la façon de fonctionner d'Helena nous met à distance de l'empathie que l'on pourrait ressentir pour elle. tout cela vient du traumatisme qu'elle a vécut : pendant plus de dix ans, elle a apprit à vivre avec pour seul repère ce marais, la découverte du mensonge et des faits est une partie que j'ai adoré dans le livre ! 

En bref :

Un thriller psychologique réussit qui tient le lecteur en haleine lors d'une traque dans les marais. On est happé par une écriture efficace et qui interroge sur les conséquences psychologiques d'un rapt, kidnapping et mauvais traitements dans l'enfance.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire