dimanche 18 mars 2018

"Itinéraire d'un chirurgien nomade" - Martial Ledecq

En partenariat avec Babélio et les éditions Weyrich que je remercie.

De Martial Ledecq, éiditons Weyrich, 2014, Médecine, Témoignage, Monde, Récit.

Résumé :

Un nomadisme de quelques années m'’a enseigné que nous avons un fond commun d'humanité, de sagesse et une énorme réserve de tendresse les uns pour les autres. À travers les clichés furtifs et les évènements parfois minuscules que j'ai rapportés ici, c'est ce message que j'aimerais partager, celui qu'il faut opposer aux prédictions les plus noires, celles qui entrevoient la victoire du pouvoir et de la violence sur la fraternité des hommes, et la désintégration prochaine de notre humanité. Encore faudra-t-il avoir le courage de le porter haut et fort, envers et contre tout, et de l'’exprimer dans la réalité quotidienne de notre monde qui, ici et là, ne va pas trop bien, mais qui possède en abondance toutes les recettes médicinales nécessaires à sa survie.

Mon avis :

    Lorsqu'on a la chance de faire un travail qui nous plaît, on oublie parfois la dureté du quotidien, les heures supplémentaires, le trajet, les personnes parfois désagréables. En exerçant mon métier d'infirmière, j'ai appris beaucoup sur moi-même, sur les autres. Je me suis épuisée dans des situations que je savais pourtant inextricables. J'exerce aujourd'hui dans un univers qui m'intéresse beaucoup, riche humainement malgré les situations compliquées. Le milieu du handicap, plus encore avec les enfants, est source d'enrichissement. Je ne sais pas si un jour, je travaillais dans l'humanitaire : il y a des situations que je ne suis pas sûr d'arriver à supporter émotionnellement parlant. Je voue un grand respect à mes collègues qui y parviennent avec passion et professionnalisme.

    Martial Ledecq est un chirurgien ayant exercé pendant 25 ans dans un hôpital belge. Il décide de se réorienter et s'engage auprès d'action humanitaire en Asie, en Afrique et en Haïti. Tout au long du livre, il nous partage, via des situations médicales vécues, une réflexion sur notre monde, sur tout ce qui nous semble acquis, sur la géopolitique et la capacité de ces hommes, femmes et enfants à survivre dans des pays en plein chaos. Le livre est également constitué des messages envoyés à ses proches, famille et amis. D'une grande richesse et d'une écriture fluide, Martial Ledecq nous emmène sur les routes de ses interventions.

    Haïti, Niger, Côte d'Ivoire, Syrie, Burundi, Pakistan, Afghanistan, République Centre Afrique. Martial Ledecq évoque l'ensemble de son travail de chirurgien au sein de ces différents pays. L'action humanitaire n'est pas de tout repos : le matériel qu'il faut utiliser avec parcimonie, les patients qui parfois ne comprennent pas les traitements, les moments où les détonations des armes faisaient se replier l'ensemble du personnel au fond d'un bloc opératoire. Martial Ledecq évoque ses expériences riches en enseignement.

    Le livre est une mine d'information. Martial Ledecq ne fait pas qu'évoquer une situation d'un point de vue médical et/ou chirurgical. Il va nous raconter l'histoire du patient, ce qu'il en sait, amenant progressivement les informations sur le quotidien de la personne, les conflits armés. Je pense à ces blessures par balle évoquant des conflits entre les milices et la police qui ne tente même plus d'incursions dans la Cité Soleil en Haïti par exemple. Ou à cet homme qui demande au chirurgien de prendre soin de son fils lorsque la mère est décédée car il ne pouvait pas l'élever...
    On côtoie la misère humaine, les tragédies de la guerre et de l'instabilité politique. On comprend également les difficultés pour les humanitaires pour faire leur travail lorsqu'ils sont parfois eux-mêmes pris pour cible. Il nous donne des informations sur le quotidien de ces personnes. Il ne se représente pas en héros, parlant des personnes qu'il a pu sauver et celles qu'il n'a pas pu sauver. On ressent la distance qu'il prend dans ses écrits : il ne tombe pas dans le pathos, mais est le témoin de ces situations dramatiques. 

    Le livre est jalonné de photo, agrémentant les mots d'images : des paysages, des visages, le doute, la douleur, l'incompréhension...

    Une personne ne faisant pas partie du milieu médical comprendra aisément les propos de l'auteur. Le vocabulaire est très compréhensible et n'empêche pas le profane de comprendre les situations. Étant infirmière, je n'ai pas pu m'empêcher de me représenter les situations en me demandant à chaque fois comment ils ont pu faire pour réussir : compter le matériel utilisé, réfléchir en solitaire pour prendre une décision.
    À chaque chapitre, son expérience m'a questionné sur le monde, la géopolitique, la volonté et la possibilité pour les populations d'accéder à des changements lorsque la corruption est tellement enracinée, la capacité à trouver des forces en soi pour réaliser l'impossible et faire face à autant de misère.
    Ce livre questionne, apaise aussi en se disant que oui, des personnes ont le courage d'aller au front, risquer leur vie pour des causes qui en valent la peine. Je ne spoilerai pas en évoquant un passage qui m'a beaucoup émue lorsque Martial Ledecq accepte d'assurer la relève dans un Hôpital d'Abidjan alors qu'il vient de réchapper à un hold-up. Il m'est arrivé de me dire que non, ce n'est pas possible, c'est tiré d'un scénario de film d'action... La fiction est encore bien loin de la réalité.

En bref :


Le témoignage d'un chirurgien engagé auprès d'une organisation humanitaire évoquant ses diverses expériences. Beaucoup de dignité, des expériences humaines fortes, le plaisir de voir le travail réalisé par ces personnes. Un livre qui questionne sur le monde et l'humanité. Un livre qui a tout pour plaire !!

Aucun commentaire:

Publier un commentaire