dimanche 11 août 2019

"Faire des Européens" - Denis de Rougemont


Merci à Babélio et aux éditions La Baconnière pour cette lecture.

De Denis de Rougemont, éditions La Baconnière, Essai, Education, mai 2019.


Résumé :

Faire l'Europe, c'est d'abord faire des Européens : c'est par cette maxime que Denis de Rougemont ouvrait, en 1956, une réflexion visant à cerner les contours d'une conception spécifiquement européenne de l'éducation. Articles, conférences, pamphlet — le lecteur, averti ou néophyte, retrouvera ici la fougue de jeunesse et la flamme iconoclaste des fameux Méfaits de l'instruction publique (1929) —, ces contributions dessinent la géographie d'une passion maîtresse de l'auteur de L'Amour et l'Occident : l'éducation — qu'il ne faudra plus confondre après cela avec l'instruction — et la pédagogie, tous chevaux de bataille qu'il nous convie à enfourcher sans nous départir de cette seule méthode qui vaille en des temps troublés.
Cette méthode, qu'un vigoureux humanisme appelle, ne peut être que fédérale ou fédérative. C'est dire qu'elle ne peut viser qu'à rééduquer le regard des Européens à une certaine virtuosité dans les changements d'échelle, leur rappeler que le monde, la culture, la langue, sont des réalités plus vastes que ce que les œillères du nationalisme nous en laissaient envisager. Non pas pour imposer une quelconque "table rase" — c'est-à-dire défaire en un jour ce que le travail des générations a patiemment accumulé de saveurs et de savoirs, au service d'insipides communautés sans communion —, mais pour ravauder ce tissu de civilisation que doit demeurer l'Europe dans sa quête inlassable d'un sens.
Pour faire des Européennes et des Européens : c'est-à-dire avant tout des femmes et des hommes agissant pleinement en tant que personnes libres et responsables. Et de conclure comme il avait commencé : "La question est de savoir si nous serons des hommes de chair et d'esprit, ou des pantins articulés."



Mon avis :

    Le livre de Denis de Rougemont est dense, riche en recherches et réflexion, mais qui, à mon sens, doit se partager. Il est jalonné par les discours, écrits, conférences de cet homme, écrivain, intellectuel, grand défenseur d'une Europe fédérale. La présentation des textes de façon chronologique est appréciable, et on ressent tout au long de la lecture la ferveur de cet homme pour l'éducation et l'Europe.

    Lorsque je précise qu'il s'agit d'une lecture à partager, c'est qu'elle questionne sur des thèmes très important : l'éducation, lorsqu'on est parent, est primordiale. Denis de Rougemont explique à plusieurs reprise ce qu'il déplore dans l'école : que l'on cherche non pas à individualiser la personne, mais surtout à être en capacité à faire partie d'un tout. En ayant fait lire certains textes à une personne de ma famille, professeur d'Histoire Géographie à la retraite, nous sommes tombés d'accord sur l'importance certes de l'éducation à l'école qui donne les mêmes "chances et offre le même enseignement". Mais ce qui est important, c'est cette possibilité offerte aux enfants d'en découvrir plus, de faire émerger leur esprit critique, de leur faire découvrir et comprendre le monde, l'école seule ne peut le faire, l'entourrage de l'enfant prend la une place primordiale.
    Denis de Rougemont évoque très tôt une éducation qui permette de former des personnes autonomes, capable d'initiative. Il évoque l'éducation plus autoritaire de l'URSS et celle plus libertaire des USA expliquant qu'il y a un juste-milieu à trouver. Aujourd'hui encore, le débat autour de la scolarité, des différentes réformes de l'éducation nationale sont source de discussions animées. Y a-t-il une éducation parfaite ? Comme le souligne Denis de Rougemont, il y a sans doute autant que d'enfants : chacun évolue à son rythme en fonction de ses capacités. L'éducation évolue en fonction de son époque, sans doute aussi en fonction des besoins.

    La lecture a été parfois difficile car redondante. J'ai apprécié les différents points de vue de l'auteur qui, malgré qu'il soit écrit de 1929 à 1981, sont encore très actuels. L'avenir de l'Europe se construit chaque jour. Je pense d'ailleurs qu'on ne parle pas assez de l'Europe, de ce qu'elle fait pour les citoyens, de ce qu'elle protège. Elle ne sera jamais parfaite, car ne pourra pas plaire à tous, mais pour mieux la comprendre, il faut en parler.

En bref :

Essai intéressant, toujours d'actualité, l'éducation étant une question toujours posée.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire